A LIRE

FICHE : LE CODE DE BONNE

CONDUITE VIS-À-VIS DE L’ARBITRE

  

 

 

1/Quand un arbitre arrive au stade, je l’accueille en 

Souriant et en lui disant bonjour !

  

2/Avant le match et, surtout, après le match, quel 

que soit le résultat, entraîneur ou joueur, je serre

la main de l’arbitre.

 

3 /Sur le terrain, il m’arrive de rater un contrôle, une

passe, une frappe… L’arbitre peut lui aussi se

tromper dans sa décision… Comme nous acceptons

nos erreurs, acceptons celles de l’homme au sifflet

et respectons ses décisions.

 

4/Sur le terrain, l’arbitre est seul face à 14, 18 ou

22 joueurs, en fonction des catégories. Imaginetoi,

un seul instant, à sa place face à des joueurs

énervés...

 

5/Pour aider l’arbitre dans ses décisions, je ne simule

pas, je ne conteste pas. Je refuse la tricherie et la

violence.

 

6/As-tu déjà disputé un match officiel sans arbitre ?

En clair, sans arbitre, il n’y a pas de match.

 

7/L’arbitre est souvent vu comme un gendarme.

Pourtant, il faut savoir que la mission première de                                                    

l’arbitre est de protéger les joueurs…

 

8/Avec beaucoup de caméras et de ralentis, le

lendemain des matchs professionnels, il est facile

de décortiquer et de critiquer une décision de

l’arbitre. Mais sache que l’arbitre, lui, n’a que ses

yeux pour juger et prendre sa décision en à peine

un dixième de seconde.

 

9/Les Lois du jeu sont au nombre de 17… mais les

petits détails d’une règle et ses interprétations

sont beaucoup plus nombreuses, d’où parfois ce

sentiment d’injustice qui peut t’habiter… Mais

si l’arbitre prend une décision, c’est qu’il a sa

raison… Et si tu as un doute, demande une petite

explication de manière gentille, l’idéal étant de le

faire à l’issue de la rencontre.

 

10/Ton capitaine n’a pas un brassard autour du bras

pour montrer son biceps… En cas de souci, c’est à

lui de dialoguer, en tout bien tout honneur, avec

l’arbitre sur le terrain.

 

11/Peut-être as-tu les pieds un peu carrés, peut-être

aimes tu souffler dans un sifflet… alors sache que si

tu le souhaites, et même si tu n’arbitres pas un

jour, tu peux effectuer des formations d’arbitrage.

Demande à ton club ou à ton District les

informations nécessaires.

FICHE : STOP À LA VIOLENCE                    

CONTRE L’ARBITRE

Le rôle de l’éducateur :

 

1 /quand la tension monte,

l’éducateur doit intervenir pour calmer ses joueurs

et, en même temps, aller dans le sens de l’arbitre,

l’encourager en appuyant ses décisions, quelles

qu’elles soient.

 

2/ Rapprocher les entraîneurs des arbitres… et vice

versa :

les problèmes naissent trop souvent de la

méconnaissance de l’autre, propice aux préjugés.

Développer les relations entre ces deux « parties »

lors des formations ou de réunions au moins

annuelles, entre équipes et arbitres de la même

division, permettrait à chacun de se comprendre

un peu mieux et, peut-être, de s’apprécier plus.

 

3/Prônons l’indulgence :

le respect de l’arbitrage est

l’affaire de tous. En cas de problèmes, un arbitre

sera toujours seul et livré à lui-même. En se

mettant deux secondes à sa place, beaucoup

auraient arrêté à la première insulte ou

bousculade… Alors, par respect et pour ne pas

démotiver tous les arbitres, un peu d’indulgence

s’il vous plaît.

 

4/ Insister sur le respect :

comme enoncé dans la

charte de l’esprit sportif, un club a les moyens

d’assainir le climat de ses rencontres en prônant le

respect de l’arbitre comme l’une de ses valeurs

principales. Ce discours exigeant doit être dit et

répété à tous, joueurs, spectateurs, dirigeants,

entraîneurs. Il ne s’agit que d’une question de

volonté.

 

5/Un bon accueil :

l’accueil conditionne souvent les

rapports pour le match. Un bonjour chaleureux à

l’égard de l’arbitre peut atténuer des tensions…

Lui offrir une ou deux bouteilles d’eau pour le

match fait également partie du « service

minimum » à lui proposer lors de son arrivée… Et

puis, dire bonjour avec le sourire ne peut pas faire

de mal…

 

6/ La mission du capitaine :

relais de l’éducateur sur

le terrain, le capitaine entend et voit tout ce que

disent ses coéquipiers. De plus, il connaît les

caractères et réactions de chacun de ses

partenaires. Alors, si l’un d’eux hausse le ton,

s’excite ou conteste, c’est à lui de le calmer et de

s’interposer.

 

7/S’inspirer d’initiatives :

des actions sont mises en

place dans certains Districts ou clubs, comme par

exemple faire arbitrer des matchs par des joueurs

suspendus ou par tous les joueurs, à tour de rôle,

lors des séances d’entraînement. De très bons

moyens pour faire comprendre à tous les

difficultés de l’arbitrage… Ces actions sont à

encourager et à faire profiter aux autres. Il ne faut

pas attendre les agressions d’arbitres (verbales ou

physiques) pour les mettre en place.

 

8/Tolérance maximale :

l’arbitre, comme tous les

acteurs du jeu, peut se tromper. Tout le monde le

sait, trop peu l’acceptent. Tolérance et retenue

quand on estime que l’arbitre a pris une mauvaise

décision, l’aideront à diriger la rencontre de

manière plus détendue. Pas d’agressivité, pas

d’intox, pas de pression !

 

9/La valorisation de l’arbitre :

pour être crédible

auprès des joueurs, l’arbitre doit être respecté par

l’entraîneur.

Quand l’arbitre a fait tout ce qu’il pouvait pour

diriger le match dans l’esprit du jeu, ne pas

hésiter à aller le féliciter…

Aucun événement

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 4 Dirigeants
  • 2 Entraîneurs
  • 7 Joueurs
  • 5 Supporters